Vous êtes ici

Le budget

La Municipalité poursuit le cap d’une stratégie financière volontariste qui préserve les grands équilibres budgétaires de la Collectivité.
La Ville vient d’ailleurs de se voir confirmer sa note  "A+" auprès de l’agence de notation FitchRatings, signe de la qualité de sa gestion et d’un pilotage budgétaire performant malgré un haut niveau de contraintes exogènes.
L’agence Standard&Poor’s a également confirmé sa note "A" associée à une perspective désormais positive (contre stable initialement), reflétant selon S&P une "gouvernance financière solide" dans ce contexte durablement marqué par la réduction des concours de l’État.

Les chiffres clés du budget principal

 
Budget 2017 = 1 milliard 444 millions d’euros

  • Fonctionnement ►1 milliard 010 millions d’euros
  • Investissement ► 434 millions d’euros




Les dépenses de fonctionnement et d’investissement au service des politiques publiques (en M€)

 
En fonctionnement (hors administration générale et annuité de la dette) :

En investissement (hors administration générale, annuité de la dette et mouvements financiers) :



Répartition du budget pour 100 €




Le contexte de la préparation budgétaire 2017

 
La poursuite de la baisse des dotations de l'État
Pour la 4ème année consécutive, la Ville est impactée par les effets de la contribution des Collectivités Territoriales au redressement des comptes publics :

­­­Sur la période 2014-2017, la réduction budgétaire opérée s’élève ainsi à près de 60 millions d'euros, soit un manque à gagner pour la Ville d’environ 146 millions d'euros, en perte cumulée globale.
Contribution au redressement des comptes publics de la Ville de Marseille (2014-2017)


L’évolution à la baisse du fonds national de péréquation des ressources intercommunales (FPIC)

­­­Le fonds national de péréquation des ressources intercommunales passerait de près de 16 millions d'euros en 2016 à environ 11 millions d'euros cette année.
Ce montant est susceptible de varier en fonction des périmètres définitifs de la nouvelle carte intercommunale et des potentiels financiers 2017.


L’augmentation mécanique de la masse salariale par le fait de décisions nationales
Les 2/3 de la hausse des charges de personnel permanent (7 M€ sur un total de 10,5 M€) résultent de décisions imposées par l’État :

  • la mise en œuvre de la réforme « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » (PPCR) pour un peu plus de 4 millions d'euros
  • la revalorisation indiciaire générant une augmentation de l’ordre de 2 millions d'euros
  • la hausse du taux de cotisation employeur de la CNRACL (+ 0,1 million d'euros)
  • la suppression des abattements sur les rémunérations accessoires en raison des arrêts maladie pour les agents en demi-solde (+ 0,5 million d'euros)

 

La stratégie financière

 
La poursuite des efforts de gestion pour contenir la progression des dépenses de fonctionnement

­­­Les dépenses de fonctionnement atteignent 1 milliard 10 millions d'euros, soit une évolution contenue à + 0,48 % par rapport à 2016.

Cette faible progression, inférieure à la prévision d’inflation (0,8 %), est permise par la poursuite du plan d'économies de gestion (mis en œuvre depuis 2014), limitant ainsi l’impact budgétaire des contraintes exogènes.

La démarche d’optimisation des dépenses se traduit ainsi par :

  • un ajustement maîtrisé des effectifs permettant de renforcer les secteurs prioritaires (principalement l’éducation et la petite enfance, la sécurité et le sport – CES 2017)
  • une progression contenue des frais de fonctionnement des services dans la limite de l’inflation
  • une diminution des subventions libéralités via la rationalisation de leur octroi (contrôle interne accru)
  • une baisse des frais financiers liée à la réduction de l’endettement et au maintien de taux d’intérêts particulièrement bas.

 

Un niveau d’investissement dynamique
Après les inflexions nécessaires des trois derniers exercices, le budget 2017 est caractérisé par une reprise de la capacité d’investissement de la Collectivité.

►Tous budgets confondus (budget principal et budgets annexes), les dépenses programmées en 2017 s’élèvent à 209,3 millions d'euros (contre 203,9 millions d'euros en 2016).

► Pour le seul budget principal, le montant des dépenses, en hausse de 5,6 %, représente 202,8 millions d'euros (contre 192,1 millions d'euros en 2016).

Cette évolution est permise par la poursuite des efforts de gestion en fonctionnement ainsi que par le partenariat triennal conclu avec le Département.

La Ville est ainsi en mesure de poursuivre, en particulier, les opérations de réhabilitation et de remise à niveau des établissements scolaires et, en parallèle, d’accélérer les projets bénéficiant d’un financement ANRU.

 

La diminution de l’endettement de la Collectivité

­­­Les efforts de diminution de la dette réalisés depuis 2 ans (- 53 millions d'euros tous budgets confondus) se poursuivent et s’amplifient cette année : le remboursement de la dette (169,6 millions d'euros) restera supérieur au volume d’emprunt (101,7 millions d'euros prévus).

En parallèle, la poursuite d’une gestion active de la dette permet à la Collectivité de réduire ses frais financiers (52,3 millions d'euros inscrits au budget principal, soit une baisse de 6,5 millions d'euros par rapport au BP 2016), dans le cadre d’un encours sécurisé (68 % à taux fixes).

 

La stabilité des taux d'imposition
Comme annoncé lors des orientations budgétaires, grâce à la poursuite de ses efforts de gestion, la Municipalité est en capacité, pour la deuxième année consécutive, de ne pas augmenter les taux d’imposition des ménages marseillais.




Téléchargements

 
Budget primitif 2017

 

Emission obligataire

Programme d'émission de titres de créance (Euro Medium Term Note Programme)

 

Tarifs et taxes des services publics

Compte administratif 2016


Rapport annuel

 

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet